• Accueil
  • > Archives pour octobre 2009

Sortie Mont Mezenc du 4 octobre 2009 (le mot du président)

Posté par lescasquesgaulois le 8 octobre 2009

Chers amis membres des Casques Gaulois, chers amis motards,

Pour ceux qui ne roulent pas, vous allez nous dire « Mais vous n’arrêtez pas ? »
Eh bien non chers amis, on n’arrête pas….. d’en profiter !(Lire plus bas ma petite reflexion!)
La fin de saison de plus est très propice au niveau météo !

Donc nous étions 6 motos ce dimanche pour nous rendre au Mont Mézenc à l’est du Puy.

Thierry et Claudine sur leur FJR ainsi que Patrice et Béatrice.
Christian et Patricia sur leur Pan ainsi que Jean Christophe.
Lionel sur sa TDM (Virginie n’était pas là car elle attend un heureux évenement (Pardon ! deux heureux évenements)
et Bruno sur sa Speed Triple.


Après le traditionnel café pris à Romagnat, nous sommes partis vers 9h30 par l’autoroute direction Le Puy .
Soleil radieux mais température fraiche : 12° à Romagnat 9° à Fix où nous nous sommes arrêtés pour prendre un chocolat chaud. (La patronne du café est à connaitre ! elle en vaut la peine!)
Puis nous avons poursuivi vers Saint Julien Chapteuil avec une très belle vue sur le massif du Meygal.
Vers 12h30 arrêt au restaurant « l’Auberge » à Chaudeyrolles, petit village situé entre la Haute-Loire et l’Ardèche.
Dommage pour vous, mais nous avons dégusté une superbe cocote de ceps et de champignons des bois, ainsi qu’un  confit de filet mignon de porc et pour terminer tarte au citron meringuée , fondant au chocolat ou sorbet au citron.


Vers 14h30, départ vers ces superbes routes du parc naturel régional des Monts d’Ardèche, direction le Mont Mézenc et le Gerbier de Jonc où la Loire prend sa source.
Nous avons ensuite plongé plein sud vers Burzet, village mythique du Rallye de Monte Carlo.
La région est vraiment très belle et sauvage.
A cette heure de l’après midi le thermomètre affichait 25°.
Puis, nous avons rejoint la fameuse N102, à Pont de Labeaume à 17 kms d’Aubenas.
Pourquoi fameuse ? Eh bien c’est la route de la côte de Mayres que nous avons gravie sur un bon rythme.
Petit arrêt bistrot et charcuterie à Lanarce.
Le retour s’est déroulé tranquillement et nous sommes arrivés sur Clermont vers 19h30 avec 430 kms au compteur.
Vraiment une agréable journée qui pourrait, si la météo n’était plus favorable, conclure notre saison 2009.
Pour terminer, je voudrai vous livrer une petite reflexion sur le temps qui passe,(et qui ne se rattrape pas) sur notre tendance nous, occidentaux à toujours vouloir travailler plus pour consommer plus, à ne plus prendre le temps de communiquer, d’échanger…..

Ne sommes nous pas tous en train de nous tromper ?

Lisez ce petit texte qui je pense est révélateur :

Un investisseur américain (ou européen, c’est la même chose!) se promène au bord de l’eau dans un petit village côtier mexicain.
Un bateau rentre au port contenant plusieurs thons. L’américain complimente le pêcheur mexicain
sur la qualité de ses poissons et lui demande :
Combien de temps ça a pris pour pêcher ces poissons ?
- Pas très longtemps, répond le mexicain.
Mais pourquoi n’êtes vous pas resté plus longtemps pour en capturer plus ? , demande le banquier !
- Parce que ces quelques poissons suffiront pour subvenir aux besoins de ma famille.
Et vous faites quoi le reste du temps ?

- Je fais la grasse matinée, je joue avec mes enfants, je fais la sieste avec ma femme….
le soir je vais au village voir mes amis, boire du vin, jouer de la guitare…
Une vie bien remplie quoi !

L’américain l’interrompt :

J’ai un MBA (Master of business administration) de l’Université de Harvard et je peux vous aider.
Vous devriez commencer à pêcher plus longtemps, et avec les bénéfices dégagés vous pourriez
vous acheter un plus gros bateau. Avec l’argent que vous rapporterait ce plus gros bateau,
vous pourriez en acheter un second et ainsi de suite jusqu’à ce que vous possédiez une flotte
de chalutier. Au lieu de vendre vos poissons à un intermédiaire , vous pourriez négocier
directement avec l’usine et même ouvrir votre propre usine.
Vous pourriez alors quitter votre village pour Mexico city, Los Angeles et peut être New York
d’où vous dirigeriez vos affaires…

Le mexicain demande alors :

- Combien de temps cela prendra ?
- Quinze à vingt ans répond le banquier.
- Et après ?

Après c’est là que ça deviendra intéressant, répond l’américain en souriant.
 Quand le moment sera venu vous pourrez introduire votre société en bourse, et vous gagnerez des millions !

- Des millions, mais après ?

- Après vous pourrez prendre votre retraite, faire la grasse matinée, jouer avec vos enfants, faire la sieste avec votre femme….
le soir aller au village voir vos amis, boire du vin, jouer de la guitare…

Une vie bien remplie quoi !

Bonne reflexion.
Thierry

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

 

O-P-Q-R |
LANGUES ANCIENNES (symbologie) |
Gommard Team |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | florianpapaix65
| pilou6234
| Car | Sell Car | Car Review...